Dark Web, ce terme vous l’avez entendu à la télévision, à la radio, et vous l’avez lu sur internet. Vous avez écouté les différentes explications, lu différents articles sur le sujet, peut-être même que vous avez compris ce qu’est ce fameux Dark Web.

Par l’intermédiaire de ce billet, je ne vais pas à mon tour me poser en tant que professeur, mais je vais néanmoins tenter d’expliquer, le plus simplement possible, ce qu’est concrètement le Dark Web, et pourquoi tout le monde ne peut ou ne veut pas l’utiliser.

 

Avant tout, il faut comprendre qu’internet n’est pas un réseau informatique, mais bel et bien le seul et unique réseau informatique mondial, c’est un ensemble.

 

Dans cet ensemble on va y trouver deux parties, comme si internet était scindé en deux. La première partie (la plus connue) est ce qu’on appelle la surface visible du web. La deuxième partie est quant-à-elle appelée le Deep Web (le web profond).

 

La surface visible du web, celle que nous connaissons tous, est l'endroit où on trouvera tous les sites légaux dont l’accès est possible par l’intermédiaire d’un navigateur et des moteurs de recherche tel que Google, Bing, et autres.

Le Deep Web, le web profond donc, représente à lui seul pas loin de 90 % d’internet !

 

A ce stade, vous vous demandez peut-être ce qu’on peut y trouver dans ces 90 % restant d’internet. Et bien figurez-vous que la réponse est plus ou moins vaste et vous risquez d’être surpris par le contenu de ce Deep Web :

  • Des pages de sites web non indexées mais tout de même accessible par un moteur de recherche et un navigateur à condition d’en connaître son URL ou, le cas échéant, un mot de passe propre à chaque URL.

  • Des sites dits Torrent (contenant des fichiers téléchargeables)

  • Des intranets professionnels (immobilier, banques, administratifs)

  • Des sites gouvernementaux

  • Des rapports scientifiques

  • Des bases de données académiques

 

Mais, le Deep Web a en son sein, le fameux Dark Web. Contrairement aux idées reçues, le Dark Web ne représente qu’une très petite partie du Deep Web. Ce Dark Web, finalement bien minuscule par rapport au Deep Web dont il est dépendant, est paradoxalement plus connu que le Deep Web.

 

Ce Dark Web est une version clandestine du Deep Web. Et c’est dans cette clandestinité qu’on y trouve des sites cachés ou non-indexés, qui ne sont pas accessibles en utilisant un navigateur dit conventionnel. Pour réussir à consulter le contenu du Dark Web, il faut utiliser des logiciels ou des protocoles spécifiques.

 

Toutefois, et là je vais encore tordre le cou à certaines idées reçues, ceux qui utilisent ce Dark Web ne sont pas automatiquement des trafiquants d’armes, de drogues, des pédopornographes, des terroristes. Il n’est pas non plus réservé au marché noir et aux marketplace illégales. En effet, ce réseau clandestin permet à certains journalistes issues de pays, où la censure est reine, de pouvoir échanger de manière confidentielle sur ce qui peut se passer. Le Dark Web peut aussi être utiliser par des lanceurs d’alertes ou certains dissidents politiques sans avoir la crainte d’être surveiller par les autorités gouvernementales.

 

Vous constatez par vous-même que le Dark Web ou encore appelé Darknet, n’offre pas seulement des possibilités de faire des choses illégales.

Cependant, n’allez pas interpréter dans cet article une incitation à utiliser ce Dark Web.

 

Voilà, j’espère avoir réussi à vous éclairer, à ma manière, sur le Dark Web.

 

Patrice