Je ne vais pas vous apprendre grand-chose en disant que la pandémie de COVID-19 a eu pas mal de répercussion sur nos vies et fatalement sur certaines de nos habitudes… Y compris dans notre façon de consommer et de payer.

 

Si vous êtes un professionnel (gérant ou propriétaire de votre entreprise), il se peut que vous avez été obligé de modifier, ou que vous y songez, les moyens de paiement que vous proposez. Surtout si vous vendez des produits ou des articles au détail.


 

Payer plus tard

Une des premières choses qui a notamment fait son apparition, c’est de proposer le paiement différé. Acheter maintenant et payer plus tard. C’est ce qu’on appelle la flexibilité financière. Difficile pour moi d’expliquer cette démocratisation de plus en plus exigée et demandée par les consommateurs…

Quoi qu’il en soit, c’est une réalité, et en tant que commerçant ça peut avoir un effet bénéfique pour vous car ce mouvement commence à toucher toutes les catégories démographiques.


 

Une aubaine pour les commerçants

En effet, ce concept d’acheter maintenant et de payer plus tard peut d’une part augmenter les ventes mais également fidéliser les clients. Les consommateurs ont alors ce réflexe d’augmenter leur panier moyen car ils ont la possibilité de rembourser leurs achats de façon progressive au fil du temps. Bien entendu, il faut que les commerçants puissent pouvoir proposer de tels moyens de paiement qui ne sont pas forcément autorisés pour tous les commerçants physique ou e-commerçants. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur cette façon de payer, voici une petite liste des services qui proposent le paiement différé : PayPal et son paiement en 4X, Affirm, Sezzle, AfterPay.


 

Paiements mobiles

Même si dans certains pays, surtout en Corée du Sud et en Japon, les paiements mobiles sont déjà utilisés de façon massive depuis quelques années, en France nous sommes encore relativement timide avec ce procédé. Même si de plus en plus de personnes l’utilisent ou songent à le faire, nous sommes en quelque sorte des résistants. Mais, plusieurs études démontrent que les paiements mobiles seront bientôt l’un des changements les plus importants dans notre façon de consommer et donc de payer.

D’ailleurs, toutes les banques, ou presque, en France, acceptent maintenant les paiements mobiles Apple Pay, Google Pay et Samsung Pay.

Entre les années 2015 et 2017, d’après la Mobile Marketing Association France, les transactions sur smartphone ont été multipliées par 3.


 

Payer via chatbot

Alors, même si je dois rester neutre et ne pas donner clairement mon avis, je considère personnellement que le paiement par l’intermédiaire d’un chatbot est dénué de sens même si beaucoup de spécialistes estiment que ce mode de paiement s’inscrira dans le temps. À mes yeux, ce procédé me transporte dans les années 1980, une époque durant laquelle la vente à distance se faisait par téléphone et où une personne s’occupait de prendre votre commande, de la valider et de gérer son paiement. La seule différence c’est qu’avec un chatbot vous écrivez des messages, sans vraiment savoir si votre interlocuteur est une personne physique ou un logiciel.

Certains perçoivent cette façon de faire « ludique ». Mais comme on dit … les goûts et les couleurs …


 

En cryptomonnaie

Parce qu’elle se démocratise petit à petit, la cryptomonnaie est de plus en plus souvent accepté sur des sites de vente en ligne : Ma-Carte-Cadeau ; Wikipédia ; NordVPN ; ExpressVPN ou encore ShowroomPrivé.com.


 

Pour conclure, on peut dire que l’avenir appartient aux achats omnicanal. Car pour augmenter les ventes, les commerçants n’auront pas d’autre choix que de s’adapter et d’essayer de proposer à leur clientèle différentes façons de payer

Patrice